La Victime
Présentation Juridique

 

   En droit, la victime est une personne lésée. Plus exactement, dans le vocabulaire juridique courant, la victime est « celui ou celle qui subit personnellement un préjudice par opposition à celui ou celle qui le cause ». La victime est donc définie par le biais de la lésion qu’elle subit : le préjudice. Or un préjudice n’a de sens que s’il ouvre un droit à réparation , conformément à la grande maxime de l’article 1382 du Code civil : « Tout fait quelconque de l’homme qui cause à autrui un dommage oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer ». C’est dire aussi qu’en droit une victime est une personne qui se trouve dans un lien d’obligation ; il s’agit d’une victime d’autrui (autrui pouvant être un particulier, une collectivité ou une institution). Certes, en fait, la lésion peut aussi provenir d’un cas fortuit (la force majeure), ou de soi-même. Mais le droit n’ayant de sens que pour rétablir une relation sociale lésée – le préjudice -, il ne peut offrir aucune prétention contre la fatalité (sauf à faire fouetter la mer comme Xérès), ni contre soi-même (en raison d’un phénomène bien connu des juristes : la confusion) . Seules donc les victimes d’autrui ont un droit ou du moins, au stade des prétentions, un intérêt à la réparation. ©

 

© Source - Xavier Pin,  "Les victimes d’infractions définitions et enjeux", 2006, Archives de Politique Criminelle